Les chariots de marche ne sont pas forcément incompatibles avec la pédagogie qui prône la motricité libre

Chariot de marche et motricité libre sont-ils compatibles ?

Un débat fait rage lorsqu’il est question de chariot de marche : ce type d’équipement serait en effet néfaste à la motricité libre de l’enfant, celui-ci n’apprenant pas à marcher de lui-même, en prenant confiance en lui. Les chariots de marche ou trotteurs retarderaient alors l’apprentissage de la marche de l’enfant. Qu’en est-il vraiment ? Notre réponse complète dans cet article.

Apprentissage de la marche : un moment clé pour bébé

L’apprentissage de la marche, qui intervient généralement entre les 10 et 18 mois de l’enfant, est un moment important dans la vie de votre enfant. La marche représente en effet un pas de géant, c’est le cas de le dire, dans son apprentissage de la motricité, dans sa découverte de l’espace et bien sûr dans sa croissance. Tous les enfants n’apprennent pas à marcher au même âge, et il n’est nul besoin de s’inquiéter si votre enfant de 15 ou 18 mois ne marche pas encore.

Le premier point qu’on peut soulever sur les chariots de marche est qu’ils peuvent s’avérer utiles aux enfants qui peinent encore à tenir la station debout et qui manquent d’une certaine confiance en eux. Certains enfants ont un caractère aventurier très tôt et n’hésitent pas à se lancer seuls vers leurs premiers pas (et vers leurs premières chutes), mais ce n’est pas le cas de tous les bambins !

Jeune enfant qui apprend à marcher à quatre pattes

Il faut donc nuancer le propos lorsque l’on dit que le chariot de marche serait contreproductif : non, ce type d’équipement peut s’avérer très utile en fonction de votre enfant, de son apprentissage de la marche et de son appréhension de l’espace.

Chariot de marche : un équipement qui est aussi un jeu

L’autre point important en matière de chariots de marche ou de trotteurs, c’est leur aspect ludique. Si votre enfant n’est guère intéressé par la marche, voilà un dispositif qui l’aidera sans doute à se mettre debout grâce aux jeux, aux formes et aux couleurs qu’il propose. Enfin, lorsqu’il est question de motricité libre, on met souvent en avant les avantages suivants :

  • Estime de soi
  • Confiance
  • Prudence
  • Développement de la motricité
  • Autonomie

Autant de compétences que bébé peut tout à fait acquérir sans avoir même commencé à marcher, sans tenir la station debout et même avec ou sans chariot de marche ! Ce n’est pas le trotteur qui empêche bébé d’acquérir des compétences en motricité ou qui retarde bébé dans son apprentissage de la marche, ce n’est d’ailleurs aucun équipement qui peut contrecarrer la volonté de votre enfant : c’est surtout votre posture de parent et le propre caractère de votre enfant qui sont à l’œuvre.

Alors comment aider bébé à apprendre à marcher ?

L’opinion qui consiste à dire que les chariots de marche sont contreproductifs va souvent avec un discours plus fort encore, exprimant le côté néfaste de faire marcher son enfant en lui tenant les mains ou en le stimulant à l’aide d’un trotteur. Si bébé veut marcher avec vous quelques instants, profiter de votre présence et de votre chaleur pour être rassuré, est-ce si négatif que cela ?

Bien sûr, faire marcher bébé en le tenant par les mains n’est pas une posture naturelle, et votre enfant va sans doute prendre un plaisir si grand à ce petit jeu qu’il va vous en redemander… Mais cela l’empêchera-t-il vraiment d’apprendre à marcher et de faire ses premiers pas, seul, sous peu ? Assurément non. Ainsi que nous l’écrivions plus tôt, chaque enfant grandit à son rythme et apprend à son rythme : si votre bébé a besoin de vous pour prendre confiance et faire ses premiers pas avec votre assistance, il ne faut pas s’en inquiéter.

Cela dénotera au contraire de votre importance dans le processus d’acquisition de la marche. Votre rôle de parent sera alors de l’aider à se mouvoir par lui-même, à proposer des jeux qui l’incitent à marcher seul ou à faire quelques pas pour venir vers vous (par exemple sur un tapis d’éveil, sur le canapé, à proximité de coussins… pour prévenir toute chute douloureuse). Votre rôle sera aussi de l’aider à lâcher vos mains et à prendre confiance peu à peu, jour après jour. Car votre enfant, même si vous souhaitez qu’il apprenne à se mouvoir par lui-même et à marcher seul, a encore (et toujours, heureusement) besoin de vous… !

En conclusion, le chariot de marche est un adjuvant, un allié, un tremplin vers la motricité libre lorsqu’il est bien utilisé, sous votre contrôle et avec parcimonie. Comme la marche « assistée », ce sont des étapes importantes dans l’apprentissage de la marche, aussi il faudra les utiliser comme des points de repère vers la marche libre, qui viendra peu à peu et qui permettra enfin à votre enfant de marcher, comme vous… sur ses deux jambes.Deux parents qui aident bébé à marcher en lui tenant les bras

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.